Passer au contenu principal

¤ L'évolution vers une véritable école d'ingénieur

Charles ( Amable Alban) JUDAS du SOUICH

Charles du SOUICH

1858 - 1860

 

 

 

 

Ingénieur en chef de l'arrondissement minéralogique de Saint-Étienne depuis 1852, il assure l'intérim de Gruner jusqu'au 30 octobre 1860.

Etienne (Gabriel) DUPONT

Etienne DUPONT

1860 - 1868

 

Son directorat correspond à une période de stabilité pour l'École, dont la taille permet à son directeur, outre les taches administartives dévolues, d'aider au placement des élèves. Dupont s'illustre particulièrement dans la gestion des propositions d'emplois grace à un registre et à la recherche de la meilleure adéquation entre l'offre et la demande.

L'École essaie de tout temps d'adapter fréquemment son programme aux demandes des industriels et des houillères. L'objectif est que l'élève soit rapidement embauché dans le meilleur emploi possible.

 

Il est remplacé par en novembre 1868 par Mathieu Cacarrié, qui reste directeur jusqu'en avril 1873.

 

Charles de Cizancourt assure la direction de l'École de cette date à mai 1879.

 

Charles (Émile) CASTEL

Charles CASTEL

1879 - 1880

Alors qu'il était ingénieur en chef de l'arrondissement minéralogique de Saint-Etienne, il assure la direction de l'Ecole.

Il améliore la qualité de l’enseignement et développe les travaux pratiques, les projets et les exercices.

 

 

 

 

 

 

Après une année de fonction, il quitte son poste auquel lui succède Charles Liénard en 1880 et Alfred Meurgey en 1881. Entre 1879 et 1882, l'École connait cinq directeurs et des intérims.

L'École est par ailleurs en pleine mutation : en 1879, la promotion qui entre à l'école n'en sort diplomée, et pour la première fois, qu'à l'issue de trois années d'étude, en 1882. C'est à cette date, que l'École est reconnue comme École des Mines.