L'Ecole des Mines au 158 cours Fauriel

158_3.jpg
158_2.jpg
158_1.jpg
158_18.jpg
158_17.jpg
158_16.jpg
158_15.jpg
158_13.jpg
158_14.jpg
158_11.jpg
158_12.jpg
158_9.jpg
158_10.jpg
158_7.jpg
158_8.jpg
158_5.jpg
158_6.jpg
158_4.jpg
Construction2.png
Construction1.png

Paul Petit constitue sur demande ministérielle une commission afin de trouver ce nouveau terrain. Le choix se porte sur une surface de 1,9 hectare, donnant sur 202m sur le cours Fauriel, le long du ruisseau Chavanellet, et l’avenue de Rochetaillée (aujourd’hui rue Henri Deschaud).

En revanche l’architecture, la taille et le coût du bâtiment sont l’objet de vives discutions. Pour réduire les dépenses, la ville et le département participe au financement de l’établissement à hauteur de 1300000Fr. Les anciens élèves, grâce aux postes occupés dans l’industrie, permettent la levée d’une souscription de plus de deux millions de francs de la part de sociétés privées. Les plans du bâtiment définitifs sont ceux du projet de 1921. Cette nouvelle école composée d’un bâtiment central relié à deux bâtiments latéraux, formant un U, a été imaginée par Joseph Bernard, architecte en chef du département. La façade est ornée de sculpture d’André-César Vermare et gravée des noms de personnalités qui ont marquée l’École ; ce qui illustre majestueusement une part de son histoire. Les travaux débutent en 1924 et s’achèvent en 1927, année du transfert de l’École sur le cours Fauriel.
L’organisation initiale comprenait dans le bâtiment central, les salles d’études, au-dessus l’administration et les amphis, puis au deuxième étage la bibliothèque et la salle du conseil. L’aile gauche du bâtiment abritait les laboratoires de physique et d’électrotechnique, surmonté du laboratoire de métallurgie puis des salles de manipulations métallurgiques et électriques. Sur l’aile droite, on retrouve le laboratoire de chimie et au premier étage la collection de minéralogie.

Malgré les réticences de l’administration centrale, qui souhaitait fixer à 150 le nombre maximal d’élèves, cette nouvelle école est beaucoup plus grande, ce va lui permettre de se développer facilement. Cependant, avec le développement de la recherche, les locaux ne suffisent plus : il faut agrandir.


1932